ATouTJohnny.com
Le Top de Johnny Hallyday



Sorties Livres

26 avril 2012

Johnny Hallyday : Les révélations de son pygmalion, Lee Hallyday

 

Comme un écho à ce retour, une biographie très fournie de la star intitulée Johnny Hallyday, l’incroyable histoire sortira le 3 mai prochain. L’auteur, Éric Le Bourhis, a eu le privilège de rencontrer Lee Hallyday en août 2011 dans le cadre de l’écriture de cet ouvrage qui regorge d’anecdotes et de détails.

VSD (en kiosques jeudi) publie des extraits de cet entretien avec celui qui a occupé une place centrale dans la vie de Johnny. Après la séparation de ses parents, Johnny Hallyday fut recueilli par la soeur de son père, Hélène Mar. Entre 1945 et 1949, il grandit à Londres aux côtés de ses deux cousines, les filles d’Hélène, Desta et Menen, toutes deux danseuses. La première rencontra un jour un certain Lee Lemoine, chanteur, danseur et comédien américain qui l’épousa et avec qui elle forma un duo, « les « Halliday’s ». Un duo qui sillonna l’Europe, le petit Johnny dans les bagages…

Alors, père de substitution Lee Hallyday ? A 84 ans, du côté d’Hampstead Heath à Londres, l’homme répond en toute franchise : « C’est à lui qu’il faudrait demander ça. Ce que je peux dire, c’est que j’étais le chef de famille. Une famille de quatre personnes (Desta, Menen, Hélène Mar et Johnny, sans oublier Lee, NDLR) qui voyageaient et vivaient toujours ensemble. » Mais au quotidien, c’est bien Hélène Mar qui s’occupe du petit Johnny, prenant soin de lui faire suivre ses cours par correspondance ou de lui trouver un professeur dans chaque nouvelle ville visitée, le préparant à devenir une véritable star : « C’est elle qui l’a ainsi poussé et préparé dès son plus jeune âge à devenir une star. Car Johnny n’est pas devenu une star par hasard. Il y a dix ans de préparation derrière. Et Johnny le sait bien. »

Il raconte avec malice les premiers pas sur scène de la future idole des jeunes, en Italie et alors qu’il n’était âgé que de 8 ans, les stars américaines qui l’ont inspiré, Marlon Brando, James Dean et Elvis en tête. « Il pigeait bien. Il mimait bien aussi. Ça ne sonnait pas faux. C’est comme ça que ça a explosé aussi vite et aussi fort pour lui à la fin des années 50 », explique-t-il, assurant que le jeune garçon doit son succès à sa jeunesse passée sur les routes d’Europe. « Cette enfance de saltimbanque a été la clé de son succès. Depuis l’âge de 2 ans, Johnny a passé son temps à voyager sur les routes. Et il continue à le faire aujourd’hui. C’est un enfant de la balle. Il est imprégné de cette culture. Dix ans durant, il a observé comment nous manipulions le public pour qu’il applaudisse et se lève. (…) Après, il y a eu tout le reste : sa beauté, son charisme incroyable et un don divin. Personne ne peut créer ça. »

Lee Hallyday revient également sur les premières scènes qu’il a dégotées à son petit protégé, comme l’Alhambra en 1961. « C’est ce soir-là qu’il est devenu ‘célèbre’. Pourtant, ce spectacle fut loin d’être une réussite », confie-t-il, expliquant que les gens sifflaient, répondant aux provocations d’un Johnny qui en faisait des caisses… « Quelques mois plus tard, à l’Olympia, l’atmosphère avait changé : tout le métier était là – et cette fois unanime – pour acclamer le nouveau prince du rock’n’roll », s’empresse-t-il d’ajouter.

De bonnes feuilles à retrouver dans VSD et dans la biographie Johnny, l’incroyable histoire d’Éric Le Bourhis aux éditions Prisma le 3 mai prochain.

 



Au sujet de l'auteur

JO





0 Comments


Soyez le premier à commenter !


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Lire les articles précédents :
Johnny Hallyday change à nouveau de Manager.

    A quelques jours de son grand retour sur scène prévu le 24 avril à Los Angeles, Johnny Hallyday...

Fermer